Accueil POESIES QUAND VIENT LE SOIR

QUAND VIENT LE SOIR

0
0
84

Quand vient le soir,
Des cygnes noirs,
Ou des fée sombres,
Sortent des fleurs, des choses, de nous :
Ce sont nos ombres.

homme-a-la-mer_1178293875

 

Elles avancent : le jour recule,
Elles vont dans le crépuscule,
D’un mouvement glissant et lent.
Elles s’assemblent, elles s’appellent

 

Se cherchent sans bruit,
Et toutes ensemble
De leurs petites ailes
Font la grande nuit.
Mais l’Aube dans l’eau
S’éveille et prend son grand flambeau

Puis elle monte,
En rêve, monte, et peu à peu,
Sur les ondes elle élève
Sa tête blonde,

 

Et ses yeux bleus ,

Aussitôt en fuite furtive,

Les ombres s’esquivent.

On ne sait où.

 

Est-ce dans l’eau? Est ce sous terre ?

Dans une fleur ? Dans une pierre ?

Est ce en  nous ?

On ne sait pas. Leurs ailes closes

Enfin reposent.

Et c’est matin.


CHARLES VAN LERBEGHE

 

ETE

  • REFLEXION SUR LA VIE

    Nous sommes toujours en attente du résultat d’un geste ou  d’un événement, projetés …
  • LA NATURE

    LA NATURE ,OBJET DE CONTEMPLATION ET DE RESSOURCEMENT   Le voyageur  croise sur son chemin…
  • MA PENSEE DU SOIR

    VALSE D’AMOUR Partager, regarder, offrir, ouvrir, échanger, Recevoir, oublier, tolér…
Charger d'autres articles liés
  • REFLEXION SUR LA VIE

    Nous sommes toujours en attente du résultat d’un geste ou  d’un événement, projetés …
  • LA NATURE

    LA NATURE ,OBJET DE CONTEMPLATION ET DE RESSOURCEMENT   Le voyageur  croise sur son chemin…
  • MA PENSEE DU SOIR

    VALSE D’AMOUR Partager, regarder, offrir, ouvrir, échanger, Recevoir, oublier, tolér…
Charger d'autres écrits par sylvie
  • PROMENADE DANS LES ROCHERS

    PROMENADE DANS LES ROCHERS   Le soleil déclinait ; le soir prompt à le suivre Bruniss…
  • LA GITANE

    ~~La gitane Ses différences me ressemblaient Elle caressante comme la mer Un ciel de Prove…
  • PREMIER SOURIRE DU PRINTEMPS

    PREMIER SOURIRE  DU PRINTEMPS   Tandis qu’à leurs oeuvres perverses Les hommes …
Charger d'autres écrits dans POESIES

Laisser un commentaire

Consulter aussi

A UNE PASSANTE

La rue assourdissante autour de moi hurlait. Longue, mince, en grand deuil, douleur majest…